Nicolas Barré, un bon "Samaritaine"… en service commandé pour son propriétaire

Mis en avant

Sur le site acrimed.org (Observatoire des médias - Action - Critiques - Médias) Denis Perais fait une analyse de l'attaque en règle menée contre la justice par Nicolas Barré, chroniqueur économique sur Europe 1 (mais aussi directeur de la rédaction des Échos qui appartient au groupe LVMH), avec la complicité de Thomas Sotto, mêlant tout à la fois manipulation, mensonges et mépris, servant de paravent à un conflit d’intérêts totalement dissimulé aux auditeurs. Lire l'article.
Cet article fait écho à celui que nous avons publié précédemment : Les médias au diapason de LVMH.

Communiqué de presse la SPPEF et de SOS Paris : Samaritaine, une victoire pour Paris !

Mis en avant

La SPPEF et SOS Paris saluent la décision sage et argumentée de la Cour administrative d’appel confirmant l’annulation du permis de construire de la Samaritaine : celle-ci conforte pleinement leurs analyses et démontre la validité de leur combat.
Par contraste, elle souligne que la Ville de Paris aurait dû suivre l’avis éclairé de la Commission du Vieux Paris et met en lumière l’impéritie du Ministère de la Culture.
Par delà le cas emblématique de la Samaritaine, c’est la problématique de la place de l’architecture contemporaine dans les centres anciens qui est posée. Les Parisiens doivent aujourd’hui s’approprier cette victoire, fruit d’un combat démocratique conduit par les associations : cette décision est tout simplement le reflet du texte équilibré du Plan Local d’Urbanisme, prohibant aussi bien le pastiche que l’architecture de rupture, forme infantile de la modernité.
Quelle autre voie possible pour Paris ?

Julien Lacaze (SPPEF), Christine Nedelec (SOS Paris)